ZOMBIES (Nathaniël)

EQUIPE DE ZOMBIES (Nathaniël)

 C’est pas parce qu’on n’a pas de cerveau, des problèmes flagrants d’élocution et qu’on n’arrive pas marcher autrement qu’avec les bras tendus devant soi qu’on ne peut avoir du goût pour les bonnes choses. Comme un bon match de Blood Bowl, par exemple. Ou le cerveau de son prochain, justement. Ou encore, dévorer le cerveau de son prochain lors d’un bon match de Blood Bowl.

Les goûts du Seigneur du Pow Nathaniël sont quant à eux plus discutables. Mais lorsqu’il croise un groupe de malheureux gémissants sans autre conviction que celle de devoir se diriger vers le bruit le plus proche dans l’espoir d’y trouver quelque chose à mastiquer, sa nature de leader psychotique reprend immédiatement le dessus.

Il faut dire qu’en matière de manipulation de foule sans conviction, le Grand Serpent peut compter sur son demi siècle passé à la tête des Chevaliers du Pow. Une expérience qui lui a notamment appris qu’on n’a pas besoin de beaucoup de cervelle pour utiliser correctement une tronçonneuse. Bien au contraire.

0-8 Relances d’équipe: 70,000 pièce d’or chacune

Apothicaire: NON !!

Champions: AUCUN !!

Autres primes de match disponibles: 0-2 Fûts de Bloodweiser (50,000) / 0-3 Pots-de-Vin (100,000) / 0-1 Igor (100,000)

——————————————————–

Règles spéciales :

LE GRAND SERPENT : Grand Maître des Chevaliers du Pow, le Seigneur Nathaniël possède, en plus d’une formation de comptable, un incommensurable talent de persuasion (d’aucun dirait de corruption). Durant tout le tournoi, après chacune de ses victoires, le Grand Serpent Nathaniël peut tenter de corrompre son adversaire vaincu. Celui-ci doit immédiatement lancer 1D6 :

-> 1 = le joueur vaincu résiste à la Tentation. Il ne pourra JAMAIS signer chez les Chevaliers du Pow et évitera dorénavant de porter des sweat shirts blanc.

-> 2-6 = le joueur vaincu s’effondre mentalement et signe IMMEDIATEMENT chez les Chevaliers du Pow (prévoir les polos). Son contrat porte sur une seule année à compter de ce jour.

On vous conseille vivement d’assurer le nul…