Les Grands Anciens

rushmore

Si la Ligue de Condate s’apparente fréquemment à l’élite du blood bowl breton, elle n’en reste pas moins extrêmement populaire en ce sens qu’elle a su accueillir, saison après saison, la multitude des coachs avides de se frotter aux plus grandes stars de notre sport. Mais au coeur de cette foule d’ambitieux managers palpite encore le souvenir ému d’un petit nombre dont le talent, le charisme ou la popularité ont su les élever au rang de légendes vivantes. La plèbe les connait sous leurs divers pseudos. Ici, nous les appelons les Grands Anciens.

BlueSector, le Créateur

"Et c'est sur la ville de Condate que le Créateur posa son Doigt divin." Jervis, chapitre 3, verset 2.

« Et c’est sur la ville de Condate que le Créateur posa son Doigt divin. »
Jervis, chapitre 3, verset 2.

Quoiqu’en pensent nos enfants, il y eut un Avant Ligue de Condate. Une époque perdue, oubliée, où le paysan breton n’avait d’autre alternative d’occupation dominicale que l’Eglise et le vin de messe. En ces temps d’inculture, nul stade n’embellissait l’horizon, nulle bagarre de supporters n’égayait les soirées, nul poster de Star Player ne décorait les murs de la chambre du petit. En ces temps de misère, Condate se mourrait d’un Mal qui, aujourd’hui encore, sévit dans certaines de nos régions voisine: le Manque de Charisme.

Puis vint Celui-Qui-Rassemble, comme le nomme les Saintes Ecritures. Un soir d’automne 2005, il Parla, Ordonna, Bâtit. Et le matin suivant, Condate resplendissait de sa Ligue. On raconte qu’Il ne pouvait se montrer aux petites gens, sous peine de leur brûler la rétine. Aussi prit-Il forme humaine et nom mortel. BleuSector, le Créateur.

En l’an 2 de son Oeuvre, Il unit les clans rivaux et propulsa définitivement la Ligue de Condate sur son chemin de gloire, chemin qu’elle n’a depuis jamais quitté. En l’an 3, Il chut en finale, laissant à d’autre la Lumière et le Succès. En l’an 4, Il nous couva, nous autres ses Enfants, d’un regard de père serein, puis choisit parmi ses Fils celui qui poursuivrait son Oeuvre.

Son départ n’a jamais été marqué d’aucune célébration, car tous attendent le jour où Il sera de retour.

"BlueSector transmettant ses pouvoir de Commissaire au Colonel Castor, célèbre peinture du peintre normand Gilko, exposé dans le grande salle du Hall Of Fame de la LdC.

« BlueSector transmettant ses pouvoir de Commissaire au Colonel Castor », célèbre réalisation du peintre normand Gilko, exposé dans le grande salle du Hall Of Fame de la LdC.

Chenri

Pilier fondateur de la Ligue de Condate, le coach Chenri a marqué la LdC bien au-delà de son titre de champion ou de ses talents de peintre. Car aux yeux nostalgiques du fan breton, le coach Chenri est et restera à jamais comme celui qui donna son nom au plus célèbre des établissement licencié IV de toute l’Armorique: le Chez Charly. Ecoutez plutôt: adepte d’un blood bowl total que n’aurait pas renié un Kadu-C au meilleur de sa forme, le coach Chenri était bien souvent nommé « Charly » par ses pairs. Or il se trouve que le jeune Charly échoua au bar du Resto de Fin de Saison 2007 une heure avant le rendez-vous prévu par la Ligue. A l’arrivée des coachs, l’infortuné avait pris une tant d’avance sur l’apéro qu’il annonçait haut et fort à tout le quartier qu’il jouerait de l’ogre la saison suivante.

Nul ne sait si de cette légende est née l’habitude qu’ont les managers de la LdC d’arroser copieusement leur Resto de Fin de Saison, mais tout un chacun s’accorde pour dire qu’au lendemain de ce fait d’arme, l’établissement concerné repeignait sa devanture et arborait fièrement le patronyme de « Chez Charly« . Le coach Chenri jouit aujourd’hui d’une paisible retraite dont tous ses fans rêveraient de le tirer.

Ca parait calme, mais attendez que les coachs reviennent du stade...

Ca parait calme, mais attendez que les coachs reviennent du stade…

Sam

Présent dès la première saison « officielle » de la LdC, le coach Sam en reste légitimement l’une de ses figures les plus emblématiques. Il faut dire qu’avec le capital sympathie le plus élevé de la région, l’intéressé n’a eu aucun mal à se faire une place de choix parmi les grands de l’ovalie à pointes. Interrogés quant à l’image de l’individu, près de 48% des sondés citent au moins une fois les mots Play Book et chronomètre. Le coach Sam, qui demeure l’un des plus fameux tacticiens de la LdC, avait en effet pour habitude de compiler l’intégralité de ses schémas de jeu à l’intérieur de son précieux livre de stratégies dont il ne se séparait jamais. Une discipline de fer qui lui a grandement souri, puisque ses Space Jaguars ont non seulement décroché le Graal en 2008, mais également réalisé l’exploit de remporter la totalité des matchs disputés cette saison-là!

Figuriniste accompli – il possèderait, dit-on, la totalité des 24 rosters officiels, peints de ses propres mains! – le vainqueur de la Coupe de Condate 2010 est par ailleurs réputé pour son flegme et sa tranquillité légendaires. Tant et si bien que ses premières apparitions sur les pelouses bretonnes suffirent à lui greffer l’enviable surnom d’Ice Sam. Un calme reptilien qui poussa d’ailleurs plusieurs de ses rencontres à franchir les frontières du maritalement acceptable, parvenant même à faire envisager au Commissaire Castor l’usage du chronomètre (une première en Ligue de Condate!… qui ne vit cependant pas le jour).

Aujourd’hui reconverti, le coach Sam n’a jamais exclu un possible retour aux affaires et la Cellule Recrutement de la LdC continue de bourrer sa boite aux lettres de contrats divers, tous plus mirobolants les uns que les autres.

En 2008, une équipe de sorciers télépathes spécialisés est parvenue à capter la résonance d'une pensée du coach Sam à l'heure du coup d'envoi. Impressionnant.

En 2008, une équipe de sorciers télépathes spécialisés est parvenue à capter la résonance d’une pensée du coach Sam à l’heure du coup d’envoi. Impressionnant.

Mortarion

Si le passage du coach Mortarion en Ligue de Condate fut plus court que celui de ses prestigieux collègues, il a néanmoins su imprimer une trace indélébile dans l’esprit des fans bretons. Performant sur le terrain, de fort bonne compagnie en dehors, le jeune manager en est même rapidement venu à représenter la LdC durant le prestigieux Bowl des Korrigans 2012. Adepte d’expériences parfois extrêmes, il fut notamment du voyage au Palais du coach Bloody lors du tout premier Trophée Patate. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’il s’étendit longuement sur son étrange et dérangeante passion pour les bureaux, passion dont il tire depuis son surnom de « The Office« .

En 2011, le coach Mortarion est missionné par la Ligue pour porter la bonne parole par-delà les frontières bretonnes. Effrayé à l’idée d’atterrir dans le 44, The Office préfère ne prendre aucun risque et réserve le premier vol en partance pour l’hémisphère sud. Direction… l’Australie (c’est l’jeu ma pauv’Lucette!)! Il y coule depuis des jours si savoureux qu’il y reconduit régulièrement ses contrats de travail, ne regagnant la Bretagne qu’à l’occasion de vacances bien méritées. Il sait d’ailleurs que les portes de la LdC lui seront toujours ouvertes…

Saut, très longues jambes.

Saut, très longues jambes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *